De la Corruption au Crime d\'Etat | NICOUD Eliane MONTELIMAR / POLICE Inspecteur CHERET Nadine
  CHERET Nadine   Inspecteur de police à Montélimar - Drôme
Index | CENSURE |  Affaire Béguin-Nicoud bas de page


 Police Année 1988 CHERET Nadine  Inspecteur de police à Montélimar - Drôme
 Cheret Nadine PV1  -  Cheret Nadine PV2  | Paoletti Olivier | 

PV. N° 1918./1    07 SEP. 1989 - Outrage envers autorité Judiciaire
C / BEGUIN-NICOUD Eliane

  Les pièces  


Commissaire Police : Michel Orfeuil

Chef de l'U.P.J.A. : Raymond Faquin

PV.  inspecteur Nadine Cheret & Combe Constat : Inspecteur Olivier Paoletti


PV. N° 1918./1 - Vu la rumeur publique parvenue ○otre connaissance et l'￯tion suscit¢aupr¢de la population montilienne cons￵tives ↓'affichage ↓a vue du public dans un magasin de la rue Raymond Daujat ᅪONTELIMAR, comportant notemment des inscriptions diffamatoires envers la Justice.

  cheret nadine inspecteur de police

 PV. N° 1918./2    07 SEP. 1989 - AUDITION de BEGUIN-NICOUD Eliane

Audition B￵in-Nicoud , suite ᅬutrage envers Autoritᅧudiciaire B￵in-Nicoud Eliane



 Tiré du procés verbal d'audition de l'inspecteur Nadine CHERET / Eliane NICOUD

SUR LES FAITS

--- Je  prends connaissance du motif de ma  convocation. Le 5 septembre 1989 je suis passé au tribunal correctionnel de VALENCE

pour : RESISTANCE A AGENT DE LA FORCE PUBLIQUE, a l'issue du procés j'ai été condamnée à trois mois de prison avec sursis plus une somme de 2500F à verser à Monsieur FAQUIN et 2500F à Maître REIMONEN.

--- Cette affaire s'est produite le 8 décembre 1988. J'avais été convoqué pour le 30 juin au Tribunal. Mi-juin , j'ai apposé une première affiche sur la vitrine de mon magasin sis 13 rue Raymond Daujat où j'expliquai l'affaire.

Debut juillet, j'ai affiché une deuxième pancarte dans laquelle je rendais compte du résultat de l'audience du 30 juin 1989. Ce jour, Maître REIMONEN  était absent et la séance était reportée au 5 septembre. Le 5 septembre, j'ai donc été condamnée.

--- Hier matin, à l'ouverture de mon magasin, j'ai affiché une feuille relatant ma condamnation, les sommes que je devais verser et quelques commentaires. J'ai posé cette affiche comme  je l'avais fait les précédentes fois pour expliquer l'affaire.

--- Dans la dernière affiche,  j'ai écrit " la cause étant entendue d'avance". Je vais m'expliquer sur ce termes. Je signale que dans cette affaire, je ne me suis pas faite représenter par un avocat. Je me suis défendue seule. Depuis le 30 juin, je demandais à avoir copie des procès verbauxl. J'ai écrit à ce sujet six lettres auquelles je n'ai jamais eu de réponse. Il y a toujours un blocage de la part de la Justice.

Les magistrats ne m'ont jamais donné satisfaction, hormis une personne, le greffier en chef de Monsieur APAP qui était d'accord pour me donner copie du dossier.

Cependant le juge CUER, pour des raisons que j'ignore, s'est opposé à la remise des documents et m'a flanqué à la porte avec des menaces.

Depuis que l'affaire a débuté, je n'ai jamais pu me défendre. D'autre part, les plaintes que j'avais déposées pour coups et blessures, transmises par le commissaire en janvier n'étaient toujours pas enregistrées au parquet de VALENCE le 26 juin 1989. Il n'y a jamais eu de suite. Celà faisait un obstacle de plus de la part de la Justice à mon encontre.

Le jour du procès, Monsieur le Président BOULMIER a tout refusé les faux de REIMONEN - le certificat médical de mes blessures - les courriers de Monsieur le Procureur Général près la cour d'Appel de PARIS - le témoignage de Monsieur GARDET. J'estime que Monsieur BOULMIER a expédié ce procès. Chaque fois que je voulais m'expliquer et me défendre, il me coupait la parole. Voilà en résumé pourquoi j'ai écrit que la cause était entendue d'avance.

Toutes mes affaires ont été classées lorsque j'étais victime. Lorsque je suis mise en cause, je suis immédiatement condamnée. Je constate que  certains Magistrats me créent des problèmes volontairement et veulent que je laisse tomber. Dans mon affiche, j'ai également inscrit les termes suivants :  "le tout courronnant une série de faux. Je tiens à préciser que ce n'était pas à l'encontre de la Justice mais à l'encontre de Maître REIMONEN. En effet, cet huissier et Monsieur FAQUIN m'ont remis un papier de saisie exécutoire non conforme à la législation. Je me suis déjà expliquer à ce sujet dans mes précédentes déclarations. Je signale que ces faux ont été volontairement oubliés par le Juge BOULMIER lors du procès. Je n'ai rien d'autre à ajouter sinon que j'aimerai que les Magistrats fassent leur travail objectivement. Lecture faite,

l'intéressée persiste et signe le présent.


     Constat : Inspecteur Olivier Paoletti- Photo : Me Hernandez

photo boutique tentation - Constat : Inspecteur Olivier Paoletti.- Photo : Me Hernandez

 10 DEC. 1988    PV. de l'Inspecteur CHERET Nadine -
ma plainte
c/ huissier Reimonen & police Faquin

Plainte d￯s¢au Commissariat de Mont←mar contre l'huissier Reimonen pour saisie ex￵toire non conforme ↓a l←slation, et contre le t￯in qui accompagnait l'huissier Reimonen pour abus de pouvoir dans cette fonction

 02 mai 1990    Inspecteur de police CHERET Nadine enregistre ma PLAINTE
contre Didier TAGNANT

PLAINTE contre Didier TAGNANT pour chèque impayé sur crédit Mutuel   PV. N° 1145  




Voir 

Retour LO p4/1 Lettres ouvertes aux Dromois... Pièce n° 4 
Pièce 1  | Pièce 2  | Pièce 3  | Pièce 4/1 4/2  | Pièce 5  | Pièce 6  | Pièce 7  | Pièce 8  | pièce 9  | pièce 10

 BourrelyBruetBrunthCheretCombeFaquinGuidicelliJeantetLiesseNoelNozzioOrdasPaolettiRicardTrébuchet

N° 7 - POLICE - N° 66 - Inspecteur CHERET Nadine
l_flag_us.gif hosting@enbg-censure.net http://enbg-censure.net/ - par Eliane Nicoud - De la Corruption au Crime d'Etat - CENSURE haut