De la Corruption au Crime d'Etat | CENSURE | NICOUD Eliane et la PRESSE - Les JOURNAUX

   Cliquez ici - index bas de page   
   - index Presse EXTRAIT - Dauphiné Libéré du 14 décembre 1989 & du 04 avril 1990 Affatigato blanchi - Les Editions Robert Laffont condamnées

Extrait du D.L. du 14 décembre 1989 - Le 04 avril 1990 - Affatigato blanchi - Les Editions Robert Laffont condamnées

- Valence - C'est désormais officiel :

Marco Affatigato a fait l'objet d'une ordonnance de non-lieu rendue par le cabinet de M. Dary, juge d'instruction : ordonnance confirmée par le Parquet de Valence. Celle-ci avait trait à un trafic de voitures volées en l'espèce, le client de Me Coste s'était vu notifier les chefs d'inculpation d'escroqueries et recel.

Or, l'enquête diligentée notamment par l'antenne valentinoise du S.R.PJ. de Lyon (une commission rogatoire lui avait été délivrée en octobre denier) n'a pas permis de démontrer la culpabilité de Marco Afatigato. « L'enquéte a mis en lunière un point capital : je ne connaissais nullement la provenance frauduleuse des voitures visées dans la procédure ». (NDLR :  Ce dossier portait sur une moto et cinq véhicules dont trois avaient été déclarés volées) « Mieux, ajoute t-il, je me constitue partie civile. Car, dans cette affaire, j'ai bel et bien subi un préjudice moral et financier dans la mesure où j'ai été incarcéré trois mois à la maison d'arrêt de Valence, dans le cadre de la détention provisoire ».

 - Levée du mandat d'arrêt.
Par ailleurs, le nom de Marco Affatigato avait été évoqué dans l'affaire du Bantousty Ono, cargo battant pavillon libanais : véritable arsenal flottant arraisonné dans le port de Bari. Selon le juge Dova, des liens entre la Mafia sicilienne et l'extrême-droite italienne étaient apparus. Cette découverte d'envergure avait motivé la délivrance de soixante douze mandats d'arrêt, l'un visant le ressortissant italien, exilé en France depuis 1985. Or, le tribunal de Massa-Carrara a levé ce mandat d'arrêt. « Je pourrais même, si je le désire, séjourner à nouveau en Italie dès le 1 er Janvier 1990 » confie Marco Affatigato, défendu de l'autre côté des Alpes par les avocats florentin et romain Berni et Grimaldi.

« La chasse aux sorcières semble devoir prendre fin. Des procès pourraient d'ailleurs être révisés. Trop souvent, les services secrets transalpins se sont attachés à nous faire porter le chapeau, à désorienter l'opinion publique » note t-il, précisant qu'il « n'a jamais tenté de se cacher. Mon adresse et mon numéro de téléphone sont dans le Bottin ».

- Le « Quid » assigné en Justice « En effet, précise Me Coste, Marco Affatigato a été considéré comme l'un des instigateurs d'attentats meurtriers. Or, et l'instruction l'a démontré, il n'en était rien. (NDLR : Marco Affatigato, qui a échappé à quatre attentats, a en l'occurrence gagné en dommages et intérêts une forte somme d'argent reversée à l'hôpital de Bologne afin de lutter contre le cancer).

« A cet égard, nous engageons une procédure contre les Editions Laffont. En effet, dans le « Quid », à la rubrique Italie, figurent en substance ces mentions. 2 août 1980 attentat à ]a gare de Bologne. 6 août 1980 : Arrestation à Nice de Marco Affatigato impliqué dans cet attentat. Nous ferrons donc que soit supprimée cette mention et demanderons éventuellement des dommages et intérêts » conclut l'avocat valentinois.

M. R.

- Valence -

Une mention erronée, publié dans l'édition 1990 du Quid aura donc motivé cette action. En effet, la relation établie entre l'attentat meurtrier de Bologne, lequel avait coûté la vie à 85 personnes, et l'arrestation quelques mois plus tard à Nice d'un suspect, en la personne de Marco Affatigato, a conduit ce dernier, représenté par son conseil Me Coste, à assigner Guy Gervais, pris en sa qualité de P.D.G. des Editions Laffont, à comparaître devant le T.G.I. de Valence.  Ce aux fins de pouvoir constater le caractère diffamatoire de la mention précitée. Par la voix de Me Gaultier, du barreau de Paris, les éditions Laffont soulevèrent en préalable l'irrecevabilité de la demande au motif que le délai de trois mois prévu par l'article 65 de la loi du 29 juillet 1981 étant expiré, elle se trouvait prescrite.

Le tribunal, présidé par M.Cuer, estima que l'action était recevable. Les Editions Laffont firent également remarquer que, dans le corps de l'article, étaient évoquées l'arrestation et la condamnation des coupables véritables. Les Editions offraient enfin que soit supprimée, dans les 'Quid' futurs, le nom  de Marco Affatigato. Au vu de ces explications et des documents versés au dossier par Me Coste, en l'occurrence un jugement du Tribunal Pénal de Florence attestant que le demandeur n'avant jamais fait l'objet de poursuites dans le cadre de cet attentat, le T.G.I. de Valence a condamné Guy Gervais à payer à M. Affatigato une somme de 3000 F. à titre de dommages et intérêts, ainsi qu'une somme de 2000 F. sur le fondement de l'article 700 du NCPC.

Un montant limité (il avait été notamment demandé 100.00 F. de dommages et intérêts) " eu égard au passé judiciaire du demandeur comportant des condamnations de nature à entâcher largement l'honneur ou la considération qu'il revendique".

M. R
 


- index Presse Dauphiné Libéré du 22 janvier 1990 - MONTÉLIMAR - INDISCRETION -
Délinquance : signature prochaine d'un contrat d'action et de prévention 

Dauphiné Libéré du 22 janvier 1990 - MONTÉLIMAR - INDISCRETION -  Délinquance : signature prochaine d'un contrat d'action et de prévention

  14 février 1990 - Tagnant + police D.L.

Association sportive de la police - Nouveau bureau

Ne disposant d'aucune subvention, les cotisations étant loin. de suffire cette petite association s'est vue remettre trois séries de maillots par des sponsors locaux. Après les remerciements, le verre de l'amitié clôturait cette petite cé­rémonie....ect...  la cinquième personne en partant de la gauche est Didier Tagnant Directeur Intermarché Montélimar Drome. J'ai son chèque impayé.
Ma plainte contre / Aff.  TAGNANT Didier  ex-Directeur d'Intermarché pour chèque impayé sur crédit Mutuel.


la cinquième personne en partant de la gauche est Didier Tagnant Directeur

Tagnant + police  Tribune de Montélimar

Une serie de maillots remis par M.Tanion - TAGNANT Didier devient  M. Tanion pour le journaliste
Capitaine de gendarmerie CANDELLA 6 Ma plainte contre / Aff.  TAGNANT Didier  ex-Directeur d'Intermarché pour chèque impayé sur crédit Mutuel.
Capitaine de gendarmerie CANDELLA
Ma plainte contre
/ Aff.  TAGNANT Didier  ex-Directeur d'Intermarché pour chèque impayé sur crédit Mutuel.


Tagnant Didier et la police de Montélimar


- index Presse 01 mars 1990 extrait de la Tribune de Montélimar  

Le Conseil Communal de Prévention de la délinquence - Thierry Cornillet

Il a été mis en place vendredi... Plusieurs réunions ont déjà eu lieu et tous les partenanires qui oeuvrent pour la prévention de la délinquence étaient réuni vendredi autour du Maire Thierry Cornillet en présence du Préfet François Lépine, et du procureur de la République Georges APAP.


01 mars 1990 : Plusieurs réunions ont déjà eu lieu et tous les partenanires qui oeuvrent pour  la prévention de la délinquence étaient réuni vendredi autour du Maire Thierry Cornillet en présence du Préfet François Lépine, et du procureur de la République Georges APAP.


  Plainte contre M. FOURNIER François receveur principal de la POSTE de Montélimar et contre X La POSTE Pièce n° 1  

  EXTRAIT de JUGEMENT - Dauphiné Libéré du 14 mars 1991   
        Le 14 mars 1991, j'ai appris par le Dauphiné Libéré
que j'avais été condamnée le 27 avril 1990 au Tribunal Correctionnel de Valence - Extrait de JUGEMENT 

14 mars 1991, j'ai appris par le Dauphiné Libéré que j'avais été condamnée le 27 avril 1990 au Tribunal Correctionnel de Valence - Extrait de JUGEMENT


Dans le Dauphiné Libéré pendant les fêtes du 15 août 1992.            Ma boutique

LES MAGASINS DE LINGERIE semblent être les plus prisés des voleurs. L'un d'eux, qui ne compte plus les visites intempestives a encore eu sa vitrine cassée pendant les fêtes du 15 aôut. Les voleurs ont fait main basse sur tout ce qui était à leurs portée, ne prenant pas le temps de pénétrer plus avant dans le magasin pourtant bourré de belles choses.

Tentation a encore eu sa vitrine cassée pendant les fêtes du 15 aôut.

27 Mai 1993 extrait Dauphiné Libéré de Montélimar - Manque de pot - Voir plus bas

27 Mai 1993 extrait Dauphiné Libéré de Montélimar - Manque de pot - Que faisait le Commissaire avec une telle armada, il menait par exemple une campagne de lutte contre le bruit en liaison avec la Mairie et son C.C.P.D.

 Extrait de ma lettre à Jacques Toubon - pièce 9

Que sont devenues ces enquêtes délirantes de la Police montilienne : les attentats contre le centre des impôts, contre l'entrepôt de la Brinks volatilisé, contre le Commissariat de Police ou l'habitation du policier Bjedic ; les incendies de l'entrepôt Nectar-Fruits, du centre Leclerc, de la fabrique de lingerie (coïncidence) Dessus-Dessous, ou des boutiques de lingerie " Domino " puis " Tentation ", pour ne prendre que ces exemples. Il faudrait ajouter quelques " accidents " et " suicides " au tableau. Silence : classements sans suite, comme mes plaintes. En 1992 les polices urbaines comptaient 56 fonctionnaires, sans compter les gendarmes, la compagnie de CRS. et les policiers municipaux. Que faisait le Commissaire avec une telle armada, il menait par exemple une campagne de lutte contre le bruit en liaison avec la Mairie et son C.C.P.D. (pièce 9).

Retour :         Pierre Mehaignerie    |   Annexe  3    |    Justice    |      bas de page 

Dans un article de l'hebdomadaire l'Express du 24 février 1994 le journaliste Eric CONAN relate
que 75% des plaintes sont classées SANS SUITE -  (
pour mes plaintes ce fut 100% ).


 le journaliste Eric CONAN


  Elisabeth Guigou annonce l'ouverture prochaine de pouruites dans l'affaire du GAN  
Le parquet vermoulu du procureur Bestard
 Extrait du Canard enchainé  du 21 janvier 1998 :

Le procureur de la Répu­blique de Paris, Gabriel Bestard, célèbre embau­meur de quelques affaires concernant Chirac, Juppé ou Tiberi, a écrit, la semaine der­nière, une lettre furibarde au directeur du « Canard ». Nous l'avions diffamé - pas moins -en écrivant qu'il s'était endormi sur le dossier Déméter, ce pro­jet de réseau informatique concocté à Bercy et plutôt fumeux, qui a coûté 26 millions, et sur lequel Strauss-Kahn a ordonné une enquête aussitôt après la parution de l'article.

« Je vous invite à informer convenablement vos lecteurs, écrit Bestard, et leur faire connaître qu'à la suite de faits qui ont été portés à sa connais­sance le 3 juillet 1997 le parquet de Paris a ordonné une enquête... ECT...

...  Mais il faut se rendre à l'évi­dence une enquête était bien ouverte et nul ne le savait. Per­sonne n'avait songé à avertir la garde des Sceaux, pas plus que le ministre des Finances. Le parquet de Paris est un modèle d'efficacité. Elisabeth Guigou en a d'ailleurs fait elle-même l'expérience. Devant l'Assem­blée, elle a annoncé, voilà quelques semaines, l'ouverture prochaine de poursuites dans l'affaire du GAN. Manque de chance, une information était déjà ouverte. Et personne au Palais de Justice n'avait été capable de l'en informer...ect...


Le parquet vermoulu du procureur Bestard - Elisabeth Guigou annonce l'ouverture prochaine de pouruites dans l'affaire du GAN

Retour :   Roland CUER      Lettres ouvertes 92       justice jacques toubon



De la Corruption au Crime d'Etat - CENSURE - N° 90 - LA PRESSE - LES JOURNAUX
Affaire BEGUIN-NICOUD Eliane - http://enbg-censure.net/
 hosting@enbg-censure.net     par Eliane Nicoud     haut de page 
 Web Hosting by InMotion Hosting